Ténèbres sous le Roi Soleil

Agenda :


Abbatiale St Trophime – Eschau
Dimanche 5 Avril 2009 – 17h00
Maïlys de Villoutreys, soprano
Bertrand Dazin, haute-contre
Stephan Olry, ténor
Xavier Bazoge, basse

Il Nuovo Concerto , ensemble sur instruments anciens (dir. Pascal DUBREUIL)
Ensemble vocal Variations

Dir. Damien SIMON

Programme :


    « L’office qui se chante le soir du mercredi, jeudi et vendredi de la Semaine Sainte est communément appelé Ténèbres, parce qu’il se faisait autrefois dans les ténèbres de la nuit. Cet office est composé de tout ce que les prophètes et les Saints Pères ont dit de plus touchant sur les douleurs du fils de Dieu souffrant et expirant pour le salut des hommes… C’est un usage de mettre devant l’autel pendant les Ténèbres un candélabre chargé de quinze cierges, que l’on éteint un à un à la fin de chaque psaume, et dont on réserve seulement le dernier, que l’on tient caché derrière l’autel, pendant les prières que l’on récite à la fin de l’office, et qui reparaît allumé quand tout est achevé. » (L’office de la Semaine Sainte, Paris 1731)
    A Paris, à la fin du XVIIème siècle, l’office des Ténèbres était très suivi et la foule se pressait pour entendre ces longues plaintes mises en musique par les grands compositeurs du royaume. 
    Notre programme se présente non comme une reconstitution historique de l’un de ces offices de Ténèbres, mais rassemble des œuvres musicales dont les textes sont ceux que la liturgie catholique utilisait pour la Semaine Sainte : Stabat Mater, Miserere mei Deus ou Psaumes spécifiques aux Leçons de Ténèbres.
Les solistes, le chœur et les instruments alterneront dans des dispositifs vocaux et instrumentaux variés autour de deux compositeurs majeurs de l’époque baroque française : Sébastien de Brossard (1655-1730) et Marc-Antoine Charpentier (1644-1704). 

    Plaintes et pleurs, œuvres intimes et dramatiques à la fois, pathétisme, ferveur lyrique, profondeur émouvante et grandeur des chœurs à cinq voix feront de ce concert un moment de recueillement d’une très grande intensité musicale.
 

 
Sébastien de Brossard (1650-1730)
            Miserere mei Deus    

François Couperin (1668-1733)
            Seconde leçon de ténèbres      

Marc-AntoineCharpentier (1644-1704)
            Troisième Méditation pour le Carême 
            Le Reniement de Saint-Pierre
            Sixième et septième Méditations pour le Carême
    
Sébastien de Brossard
            Stabat Mater